Société Totalement Irresponsable
You can not select more than 25 topics Topics must start with a letter or number, can include dashes ('-') and can be up to 35 characters long.
 
Yann Autissier 34749362af
add first contributors
6 days ago
96.md update 96 6 days ago
README.md add first contributors 6 days ago
astroport.md add duniter 3 weeks ago
bog.md add bog 3 weeks ago
bunkerbox.md add coeurbox 1 month ago
coeurbox.md add 96 1 week ago
crystal.md add bog 3 weeks ago
duniter.md add duniter 3 weeks ago
dweb.md add 96 1 week ago
gchange.md add duniter 3 weeks ago
palper.md add duniter 3 weeks ago

README.md

TODO

Hijack the world to build an internet of human things based on relative trust between individuals.

Mise en place d'un systeme d'echanges base sur la confiance relative entre les individus.

Besoins

Projets

Anarchitectes

Fred

Je voudrai continuer la discussion autour du sujet Bilan de panne des services axiom (wotwizard et sites),

Comme à chaque fois que le sujet devient technique...

Je trouve que la communication manque de clarté. Et je me sens dépourvu de façon d'aider ou d'agir... En effet, comme un bon ami me l'a déjà dit. Nous. Informaticiens. Manipulons ce qui ne peut être saisi. L'insaisissable et immense cyber-espace, comme j'aime à le nommer, ne prend forme que si on le manipule. Il ne devient cohérent que si ses données s'agitent. Au travers d'une interface, un logiciel. Une expérience utilisateur.

Au fil des années à pratiquer l'art numérique, au service des gens, c'est ce domaine que j'aime explorer. Porté par le mouvement OpenSource et celui des HackerSpace (devenus Fablab puis Tiers Lieux, au fur et à mesure que les financements et la politique se mettent à apparaître)

En 2018, à l'instar de @Hugo-Trentesaux, je décide de refuser de devoir exercer une profession pour obtenir des € pour vivre, et grâce au RSA, transforme mon appartement à Toulouse en "G1FabLab" pour y réaliser plusieurs prototypes et expériences autour de l'usage et la pratique de la G1.

Plusieurs prototypes développés sur de petits ordinateurs (RaspberryPi ZeroW, 3B et 4B) sont apparus.

On a utilisé le G1BILLET pour découvrir qu'il ne s'agit que d'un "bon au porteur inscrit sur papier" qui à l'inverse de l'habitude à laquelle nous a habitué la banque doit être détruit lorsqu'il retourne à son émetteur.

Au lancement du service G1SMS (pour réaliser des payements entre numéros de portables) tout cela fonctionnait sur un Raspberry Pi (sans onduleur) et un téléphone dans mon appartement situé à Toulouse.

J'ai pris conscience que je devenais un "tiers de confiance" qui devait garantir le fonctionnement du service 24h/24. Devenir gestionnaire des "login" et "clefs" de chacun, pour leur faire "opérer" au travers d'un logiciel des actions sur une base de données de type blockchain confère une grande responsabilité!

La conception du logiciel et l'architecture fédérative que je venais d'expérimenter utilisait un compte portefeuille pour créer l'opérateur du service, qui du coup, contrôlait les clefs d'autres portefeuilles et pouvait prélever une part à chaque transactions. que l'on pouvait régler pour chaque "succursale".

Et c'est face à cette entreprise que j'ai souhaité arrêter le service G1SMS.

En effet, la cryptographie est un art qui exprimé dans le cyberespace procure des pouvoirs, celui d'expédier des "courriers recommandés illisibles sauf par la clef publique qui a été utilisée comme adresse", celui où posséder une clef privée offre un "coffre fort" pour chacune. Un nouveau monde "cryptopunk" se révèle... Un lieu où une course folle se déroule entre ceux qui imaginent le meilleur chiffrement (pour maintenir leur activité secrète? ou leur vie privé?) et ceux qui souhaitent casser ce chiffrement (pour ? Plein de raisons sûrement...).

Enfin, derrière l'avantageuse action de faire disparaître tous nos pseudos et nos mots de passes, se cache en réalité un autre jeu. Celui qui relie nos comptes. Nôtre Avatar et l'UNivers où il se trouve livré y est composé de chaînes et de clefs... De contrats?!

Avec G1SMS, et l'exploration de la G1, j'avais mis le doigt sur le rôle du Tiers de confiance, qui se place en avant et propose ses services. Et c'était le métier du Banquier, celui de l'Assureur aussi... Et finalement celui de l'Etat vu qu'il impose la monnaie du jeu de société aux joueurs et émet votre carte d'identité.

Ces structures n'ont pas été inventées par nous. Elles sont sans cesse discutées, remodelées, imposant des lois pour combler un défaut de règle qui ne saurait être respectée par tous. Difficile pari surtout lorsqu'on peut y avoir de multiples identités.

Pour des raisons pratiques, on va déléguer sa confiance. Et désormais, par les temps qui courent, nos clefs de chiffrage. Certifiées par l'émetteur des jetons du jeu devenu logiciel. L'ensemble des clefs qui feront fonctionner nos futurs logiciels, dépend de ce que nous en ferons. INternet en entier est en train de se redessiner.

Alors avec quelques amis au RSA, nous avons entrepris ce voyage dans le futur de la JUNE, un pays imaginé. Un Jeu capable d'organiser une commune. 100% LIBRE. Celui où nos clefs nous appartiennent!

Stoppé par les autorités. Nous avons pu construire dans la forêt, en prolongation aux modèles d'habitats autonomes auto-contruit exploré par la fondation "MadeInZion", le prototype d'un Internet décentralisé "SolarPunk" qui puisse fonctionner OnLine et OffLine .

astroport_RSA_qrcode-1545833286|500x500, 50%

Personnellement cette exploration m'aura permis de comprendre et décortiquer les contrats reliant "Fred" et/ou "Frédéric RENAULT" au jeu de société. A découvrir l'Inquisition Administrative, les harcèlements subis par "Frédéric RENAULT", jusqu'à infliger à ce "joueur" une des "entités juridiques" de la chaîne d'autorité parentale que je venais de briser, l'interdiction de rencontrer ni Emma, ni Tim s'ils s'appelaient "RENAULT--PREVOST". Ce qu'il témoignent ne pas souhaiter porter le temps de nos rencontres. Il suffisait de cela pour vaporiser les injonctions envers ma personne.

Une sacré aventure ! Où ma carte d'identité nationale et ma clef membre de la June se font face. Où la CAF réclame le remboursement du RSA. Où mon compte en banque est bloqué le mois prochain... Je sais je suis curieux. Curieux de comprendre le monde dans lequel je vis.

Au point où j'en suis arrivé, autant continuer.

En mettant en commun nos ordinateurs avec les bons logiciels libres, Nous pouvons devenir ensemble un datacenter sans aucune adresse, qui stocke et partage nos données "entre-nous".

🥥 Un Internet Libre. Pourquoi? Comment? Avec qui?

Les clefs des chiffrements modernes (retenez ed25519) mènent au même endroit, une suite décimale située dans les décimales de “π”. C'est dans cette grande spirale infinie que nos données se trouvent installées. Et c'est dans ce cercle que nos clefs définissent des séquences qui servent de clefs (que nous relions aux autres clefs)

Avec @aya le créateur de Olympe Network, nous sommes conscient de cette mutation. Nous avons investi IPFS, le disque global où tout ce qu'on y écrit est lisible par tous, à condition qu'il en ai les clef pour en disposer.

De cette association vient de naître "LA ♥BOX", un logiciel et service réseau qui permet de sauvegarder sa chaîne ou playlist "Youtube" préférée. Toutes ces données sont enregistrées dans "Le Claude", un logiciel hybride utilisant nos clefs pour que nous puissions héberger et posséder les données que nous publions.

A essayer en ligne avec un email et un lien à conserver...